Comment prendre soin de soi et se reconnecter après un cancer ?

 

Ça y est, les traitements sont terminés ! Si c’est une excellente nouvelle qui vous réjouit et réjouit également votre entourage, il est possible que vous vous sentiez un peu perdue, isolée. Les journées et les semaines ne seront plus rythmées par les rendez-vous médicaux ; vous vous sentirez parfois seule du fait de l’éloignement du corps médical que vous voyiez si régulièrement pendant votre traitement. Vos proches s’attendront peut-être à ce que tout redevienne comme avant. Alors que vous n’êtes plus tout à fait la même. Les traitements et votre vécu n’ont pas été sans impact votre féminité. Une période de transition s’ouvre alors. Elle va vous permettre de reprendre des forces à la fois physiquement et mentalement. 

Comment faire ? Par où commencer ? Voici quelques conseils.

 

Prendre soin de son foie

 

  • A quoi sert le foie

Le foie est un organe fabuleux qui remplit plus de 300 fonctions. L’une d’elles est de nettoyer le corps de toutes les substances dont il n’a pas ou plus besoin et de s’en débarrasser via les urines. C’est le cas par exemple des médicaments que vous avez pris pendant plusieurs semaines, qui ont cessé de faire effet mais qui restent dans le corps. Au sortir d’un traitement anti-cancéreux, en particulier d’une chimio ou d’une hormonothérapie, le foie a donc un gros travail à accomplir et va donc avoir besoin de beaucoup d’attention pour être suffisamment en forme pour l’effectuer.

 

  • Une alimentation foie-friendly

Pour l’aider dans cette tâche, allégez voire éliminez de l’alimentation sucres raffinés, graisse saturée (viande rouge, fromages, graisses hydrogénées…), fruits et légumes traités aux pesticides ou produits industriels transformés. Faites également le plein d’anti-oxydants. Ils vont aider votre foie dans cette phase de détox : curcuma, gingembre, petits fruits rouges, agrumes, crucifères… ils ont tout bons !

 

  • De la chaleur

Le foie adore le chaud. Vous pouvez donc, pour l’encourager dans sa tâche, poser une bouillotte chaude sur vos dernières côtes du côté droit là où se trouve le foie, après le repas, en particulier celui du soir.

 

  • Du mouvement 

Une autre manière d’aider le foie est de faire de l’exercice physique à un rythme modéré. Celui-ci augmente la température du corps, il accélère l’arrivée de sang dans les organes et permet un massage des viscères, dont le foie. La transpiration produite lors de l’exercice va également permettre d’évacuer une partie des ‘déchets’ de notre organisme, soulageant ainsi le foie. 

 

  • Des plantes hépato-protectrices

Enfin, pour régénérer et rendre plus fortes les cellules du foie responsable de ce travail d’épuration, certaines plantes sont bien indiquées. C’est le cas du desmodium par exemple. Vous le trouverez sous forme de comprimé, d’ampoules ou d’infusion. Un herboriste ou un pharmacien saura vous conseiller. 

 

Renouer avec son corps 

Votre corps a été mis à rude épreuve pendant les traitements, il vous a fait souffrir. Il est temps maintenant de vous reconnecter à lui de manière positive, de renouer avec le plaisir et le bien-être qu’il peut vous procurer. 

Se remettre en mouvement au cours d’une marche, s’étirer, se (faire) masser, prendre le temps dans la salle de bain pour s’occuper de sa peau, de ses cheveux qui repoussent, de se maquiller, autant de gestes qui vont permettre de vous réconcilier avec lui et de le réapprivoiser. Choisissez des produits de soins doux, sans alcool ni parfum de synthèse (limonène, geraniol, linalool) ni huiles essentielles, comme l’huile régénérante qui permet de préserver l’équilibre du microbiome cutanée et stimuler les mécanismes de régénération de la peau

Renouer avec la sexualité fait aussi partie du chemin. Allez-y en douceur, à votre rythme. N’hésitez pas à consulter un sexologue pour remettre en route la machine. Des produits peuvent également vous aider à améliorer votre confort intime et à retrouver des sensations comme le gel intime hydratant et rééquilibrant,de MiYé

 

Prendre soin de soi

 

  • Passer du temps à l’extérieur

Après être restée enfermée dans des salles de soin ou à la maison pour éviter le contact avec des pathogènes à un moment où votre système immunitaire n’était pas au meilleur de lui-même, sortir de chez vous, recharger vos batteries dans la nature, à la lumière naturelle vous apportera beaucoup de bénéfices. Même si ce n’est pas toujours facile, surtout au début, vous constaterez vite les bienfaits sur votre énergie, votre moral et votre sommeil. 

 

  • Ne pas rester seule

Loin des équipes soignantes et des « copines de chimio » et face à des attentes, conscientes ou non, exprimées ou non, de nos proches, un sentiment de solitude peut émerger. En parler peut vous aider : un.e ami.e, un psychologue, un groupe de paroles, peu importe. Choisissez ce qui vous convient. 

 

  • Faire des projets

Ces derniers mois, vous avez vécu un peu au jour le jour, concentrée sur la lutte contre votre tumeur. Si vous vous sentez prête, projetez-vous maintenant dans le futur. Qu’aimeriez-vous faire de nouveau ? Que souhaitez-vous arrêter de vous imposer ? A quoi avez-vous envie de consacrer plus de temps ? Quels étaient vos rêves de petite fille ou d’adolescente ? Avec quelle activité que vous aviez un peu laissée de côté souhaiteriez-vous renouer ? Toutes ces questions peuvent vous aider à façonner votre vie d’après.

 

Mettre toutes les chances de son côté pour limiter les risques de récidive 

  • Une alimentation anti-inflammatoire

L’inflammation fait le lit du cancer alors on adopte sans tarder une alimentation anti-inflammatoire riches en fruits et légumes, petits poissons gras, céréales complètes et pauvre en produits laitiers, sucres raffinés, produits transformés, et viande rouge. 

 

  • Moins de perturbateurs endocrinien

Autre pourvoyeur de cancer, en particulier de cancers hormono-dépendants, ce sont les perturbateurs endocriniens. Nous vous en parlions dans cet article : Comment agissent les perturbateurs endocriniens ? (lien). 

Pour les limiter, on aère régulièrement son logement, on privilégie les produits ménagers naturels (vinaigre blanc, savon de Marseille, bicarbonate de soude…), le nettoyeur vapeur. On se débarrasse le plus possible des contenants en plastique, des ustensiles au revêtement antiadhésif et on prend garde aux cosmétiques que l’on utilise ainsi qu’aux vêtements et au linge de maison que l’on achète. On boit de l’eau filtrée et on privilégie autant que possible les aliments bio.

 

  • Un système immunitaire plus fort

C’est lui qui est en première ligne pour éliminer les cellules anormales qui se développent dans notre corps. Pour le soutenir dans cette lourde charge, on gère son stress, on dort suffisamment, on prend soin de son intestin en adoptant les conseils alimentaires vus plus hauts. Avec son médecin, on voit s’il est nécessaire de se supplémenter en vitamine D.

Une page se tourne. Chacune la tournera à son rythme. Être patiente, bienveillante avec soi-même, s’écouter et être un peu égoïste sont clé dans cette période charnière. A vous de créer la nouvelle page qui s’ouvre !

Par Murielle Chapelain, naturopathe

MiYé est une gamme dédiée à l'équilibre hormonal féminin

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus :