Quelle est la science derrière l’endométriose ?

SOMMAIRE :

Des avancés récentes dans la recherche

Cette pathologie se caractérise par la présence de foyers l’endomètre (muqueuse de l’utérus) en dehors de la cavité utérine, sur la membrane qui tapisse la cavité abdominale (péritoine), les ovaires, l’intestin ou la vessie. L’endométriose concernerait environ 10 % des femmes dans le monde, et 1,5 million de personnes en France.

Des recherches portent sur les facteurs de risque génétiques de développer une endométriose. Découvrir et identifier une combinaison de plusieurs facteurs génétiques pourrait permettre de diagnostiquer précocement la maladie et donc d’accélérer sa prise en charge. 

endométriose

A repérer dès l’adolescence

Des règles très douloureuses (au minimum 7 sur une échelle de douleur de 1 à 10), des journées de travail ou cours manqués à cause de la douleur doivent alerter.

D’autres symptômes peuvent s’y ajouter : ballonnement, des rapports sexuels douloureux

Les symptômes peuvent apparaître dès les premières règles, voire un peu plus tard.

Plusieurs facteurs de risque avérés ont été mis en évidence dans l’endométriose : un petit poids de naissance, un indice de masse corporelle (IMC) faible dès l’enfance et jusqu’à l’âge adulte, ainsi que des menstruations précoces et des cycles courts (moins de 24 jours).

Les causes de l’endométriose

La cause exacte de l’endométriose n’est pas connue, mais une théorie suggère que la menstruation rétrograde (lorsque le sang menstruel s’écoule dans le corps au lieu d’en sortir) pourrait jouer un rôle. Avec le temps, ces cellules peuvent se développer et provoquer une inflammation ou une cicatrisation dans les zones concernées.  

Vous pouvez retrouver nos recettes riches en fibres, dans notre carnet de recettes.

Comprendre l’endométriose

  • Identification de biomarqueurs : 

Des études ont identifié des biomarqueurs pour aider au diagnostic et au suivi de l’endométriose. Les biomarqueurs sont des substances dans le corps qui indiquent la présence ou la progression de la maladie. Ces biomarqueurs peuvent également aider à prédire la réponse aux traitements.

  • Développement de thérapies ciblées : 

Des recherches sont en cours pour développer des thérapies ciblées qui visent les voies de signalisation moléculaire impliquées dans l’endométriose. Ces thérapies pourraient offrir des avantages supplémentaires par rapport aux traitements actuels, qui sont souvent basés sur la suppression hormonale.

  • Études génétiques : 

Des études génétiques ont révélé des associations entre certains gènes et l’endométriose. Ces découvertes pourraient permettre de mieux comprendre les causes de la maladie et de développer des traitements plus personnalisés.

  • Intérêt pour les traitements non hormonaux : 

Il y a un intérêt croissant pour les traitements non hormonaux de l’endométriose, tels que les thérapies immunomodulatrices et les agents anti-inflammatoires. Ces traitements pourraient offrir des options alternatives pour les femmes qui ne peuvent pas prendre de traitements hormonaux ou pour celles dont les symptômes ne sont pas bien contrôlés avec ces solutions.

 

 

Quels sont les traitements de l’endométriose ?

Actuellement, la prise en charge de l’endométriose repose sur trois techniques, utilisées en fonction des symptômes mais aussi des désirs de grossesse de chaque patiente.

  1. Tout d’abord les traitements hormonaux, qui visent principalement à réduire l’impact des cycles menstruels sur les symptômes de la maladie.
  2. En cas de douleurs trop importantes et d’inefficacité des traitements hormonaux, la chirurgie peut être envisagée. 
  3. Enfin, en cas de désir de grossesse et face à une infertilité, une assistance médicale à la procréation peut être proposée. Cette prise en charge passe notamment par la stimulation ovarienne (lors d’une endométriose légère à modérée) ou par la fécondation in vitro (lors d’une endométriose plus importante).

Découvrez des produits naturels adaptés : 

[MY] Equilibre Féminin, [MY] Sérum Corps, [MY] Gel Intime et [MY] Essentiels Sérénité

Le saviez-vous ? L’Endotest est le premier test salivaire pour diagnostiquer l’endométriose, cette maladie gynécologique qui touche 10% des femmes en France.

LES PRODUITS LIÉS :

Découvrez votre profil hormonal

0
Mon panier (0 articles)
Plus que00,00 pour bénéficier de la livraison gratuite !
65,00 €
Livraison gratuite à domicile
70,00 €
Un cadeau au choix

Faites le diagnostic

Découvrez votre profil hormonal en répondant à quelques questions en moins d’une minute ainsi qu’une sélection de produits adaptés à vos symptômes

Faites le diagnostic

Découvrez votre profil hormonal en répondant à quelques questions en moins d’une minute ainsi qu’une sélection de produits adaptés à vos symptômes