X2 sur vos points fidélité avec le code HAPPYLOYALTY | Livraison GRATUITE à partir de 46€* 🚚 | Un cadeau dès 75€ d’achat** 🎁 | -10% avec la newsletter ✨

En savoir plus

X2 sur vos points fidélité avec le code HAPPYLOYALTY jusqu’au 8 février inclus

LIVRAISON OFFERTE dès 46€ en points relais et dès 58€ d’achats à domicile en France Métropolitaine.
**[MY] Huile visage régénérante OFFERTE dans votre commande dès 75€ d’achat (Cliquer dessus pour l’ajouter au panier)

Profitez de -10% sur votre 1ère commande et recevez le guide de l’équilibre hormonal (PDF 36 pages) en vous inscrivant à la newsletter.

  • English
  • Français
  • English
  • Français

Endométriose : quelle hygiène de vie pour soulager les symptômes ?

En savoir plus sur l’endométriose

L’endométriose est une pathologie qui toucherait 10% des femmes. Si on en parle de plus en plus et si grand public comme professionnels de santé sont de mieux en mieux sensibilisés, elle reste encore sous-diagnostiquée et synonyme d’errance médicale (7 ans en moyenne…). 

Une fois le nom posé sur des symptômes souvent invalidants, se pose la question de la prise en charge. Outre la prise en charge médicamenteuse, il est possible, en revoyant ses habitudes et en améliorant son hygiène de vie, de soulager en partie les symptômes et de mieux les vivre au quotidien. 

Petit tour d’horizon de bonnes pratiques à mettre en place.

 

Les symptômes de l'endométriose

 

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endomètre est la couche supérieure de l’utérus, celle qui se gorge de sang sous l’influence des hormones, sang que l’on élimine lors des règles. L’endométriose se caractérise par une migration et une prolifération de tissus de cet endomètre en dehors de la couche superficielle de l’utérus. 

Chez les femmes atteintes d’endométriose, ces tissus peuvent se trouver sur les organes proches de l’utérus comme les ovaires, la vessie ou le côlon mais on peut également en trouver, dans certains cas, jusque sur les poumons ou les reins. Ainsi, en fonction de la localisation de ces lésions, les professionnels de santé définissent 3 types d’endométrioses, qui peuvent co-exister chez une même femme : 

  • Endométriose superficielle (ou péritonéale) quand les lésions se trouvent sur le péritoine, le « sac » dans lequel se trouvent les organes de l’abdomen. C’est la plus fréquente. 
  • Endométriose profonde quand, pour simplifier, les lésions se trouvent sur les organes comme le côlon, la vessie, poumons… Elle peut être souspéritonéale si elle atteint les organes qui se trouvent dans le péritoine ou extra pelvienne pour les organes en-dehors de cette poche. Elle est moins hémorragique car les tissus qui la compose sont moins sensibles aux hormones que pour les autres types d’endométriose mais peut être plus douloureuse et invasive. 
  • Endométriose ovarienne (ou endométriome) quand les tissus de l’endomètre se trouvent sur puis progressivement dans les ovaires. Elle est souvent associée à l’endométriose profonde. 

Les tissus endométriaux peuvent migrer dans le muscle de l’utérus, le myomètre. On parle alors d’adénomyose ou d’endométriose interne à l’utérus.

 

Ces tissus sont, tout comme ceux présents dans l’utérus, sensibles à l’action des œstrogènes et de la progestérone. Leur épaisseur et leur constitution varie donc en fonction des périodes du cycle. Cette anomalie de l’implantation des tissus de l’endomètre provoque des inconforts intestinaux parfois très importants, des douleurs lors des règles, des rapports sexuels, des passages aux toilettes. Et ce n’est pas tant l’étendue ou le nombre mais la localisation des tissus qui est responsable de ces douleurs. Elle peut être également responsable de troubles de la fertilité et entraine généralement beaucoup de fatigue et une altération du moral. 

 

Les causes :

Les causes de cette pathologie sont encore mal connues mais les facteurs génétiques et environnementaux couplés à la défaillance du système immunitaire sont souvent pointés du doigt. 

Pour diagnostiquer une endométriose, au-delà d’un entretien poussé avec leurs patients, les médecins prescrivent des examens tels que échographie endovaginale ou IRM. 

Il n’existe pas à ce jour de traitement contre la maladie. Le soulagement de la douleur avec des antalgiques et les traitements hormonaux comme la prise de pilule sont souvent proposés. Dans certains cas, la chirurgie est possible. Les symptômes disparaissent à la ménopause, quand le corps n’est plus sous influence des hormones. 

Pour soulager les symptômes de l’endométriose, il faut agir à 3 niveaux : réguler l’équilibre hormonal, adopter une alimentation anti-inflammatoire et apaiser le stress. 

 

Adopter une alimentation anti-inflammatoire et antioxydante

Pour soulager les douleurs liées à l’endométriose, il sera important de :

  • Introduire des fruits et des légumes en grande quantité. Du côté des fruits, les petits fruits rouges et les agrumes, de par leur forte teneur en antioxydants, seront particulièrement bénéfiques. Pour les légumes, ils doivent représenter au moins la moitié de l’assiette. Essayez de privilégier le cru et la cuisson à la vapeur douce pour faire le plein de nutriments.
  • Augmenter les apports en bon gras : des poissons gras (saumon ou thon une fois par semaine maximum et sardines et maquereaux 2 à 3 fois), graines de chia, oléagineux en collation, dans les salades, les soupes, huiles de lin, noix, colza, caméline, chanvre (à choisir bio et de 1ère pression à froid, et dans de petits contenants opaques et à conserver au réfrigérateur)
  • Epicer vos plats et boissons avec du gingembre ou du curcuma
  • Privilégier les versions complètes des pâtes, du riz, du pain pour faire le plein de fibres et limiter la hausse de la glycémie
  • Limiter les produits laitiers, les aliments sucrés, les graisses saturées (comme la viande rouge par exemple), les plats industriels et bien sûr l’alcool.

 

Réguler l’équilibre hormonal

Pour que l’influence des hormones soit la plus douce et physiologique possible, il faut accompagner la détox hormonale souvent défaillante, prendre soin de son microbiote et réduire l’exposition aux xéno-œstrogènes, c’est-à-dire les œstrogènes qui ne sont pas fabriqués par l’organisme et qui viennent de l’environnement.  

Concernant la détox hormonale, nous y avions consacré un article : La détox hormonale. Il s’agit principalement de soutenir le travail du foie, à l’aide de certaines plantes, de l’application d’une bouillotte chaude et d’une alimentation adaptée. 

Pour ce qui est des xéno-œstrogènes, il est question d’éviter autant que possible l’exposition aux perturbateurs endocriniens. On préférera manger bio, éviter tous les plastiques au contact avec les aliments, choisir avec soin ces cosmétiques et les produits d’entretien pour la maison. On aérera son logement tous les jours. 

Enfin, un microbiote sain, où les bactéries bénéfiques dominent, pourra se développer notamment grâce à une alimentation riche en fibres et en aliments lacto-fermentés, pauvre en sucre raffiné et par une bonne mastication. 

 

Déséquilibre hormonal

 

Apaiser son stress 

Le stress génère de l’inflammation qui renforce les symptômes de l’endométriose. Il sera donc important de bien le gérer pour ne pas les aggraver. 

Pour cela, rien de tel que l’activité physique pour « brûler » le cortisol responsable de cette inflammation : marche, danse, tennis, sport en équipe, yoga peu importe. L’essentiel est de bouger !

Les exercices de respiration et la méditation seront également d’une grande aide. En nous concentrant sur notre corps, nous lâchons le mental et arrêtons de ressasser, de nous inquiéter du futur ou de regretter le passé. Respiration carrée, cohérence cardiaque ou simple respiration abdominale, testez différentes techniques pour trouver celle qui vous convient le mieux. 

Enfin, le magnésium et les plantes adaptogènes seront d’un soutien efficace. Vous trouverez par exemple de l’ashwagandha, reconnue pour ses propriétés adaptogènes, dans notre complément alimentaire [MY] Equilibre féminin. Elle est associée à de la mélisse aux propriétés apaisantes et au romarin, tous deux de puissants antioxydants. Le romarin est également un ‘booster’ de la détox hépatique, un tonique et contribue, tout comme la vitamine D que contient également la formule, au soutien du système immunitaire. Ce qui est particulièrement important en cas d’endométriose : le système immunitaire va lutter contre l’implantation du tissu endométrial sur les organes où il ne devrait pas se trouver. 

 

Si l’endométriose ne guérit pas, suivre ces quelques conseils vous aidera à mieux gérer les symptômes et à apaiser les inconforts. Changer ses habitudes et renoncer à certains aliments peut parfois sembler difficile et frustrant, mais se sentir mieux, plus en forme et pouvoir de nouveau profiter de la vie et de ses nombreux plaisirs est la meilleure motivation qui soit !

MiYé est une gamme dédiée à l'équilibre hormonal féminin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus :